Ephémère poétique

Éphémère, du grec ephêmeros, qui ne dure qu’un jour.

J’aime jouer. Avec les mots. Avec le temps.
Avec l’air du temps. A l’ère du numérique.

Le jeu s’est offert à moi.

Twitter.

Quoi de mieux qu’un tweet pour représenter
la furtivité / la futilité / la vélocité / la voracité des réseaux sociaux ?
A coup de buzz / de hashtag / de viralité
A coup de j’aime / je commente / je partage
Twitter / retwitter / RT pour les intimes
A coup d’images / de vidéos / de GIFs

Écrire a-t-il encore un sens ?
Ou plutôt, l’écriture a-t-elle encore le temps ?

Je lis 1000 titres d’articles par jour sur les réseaux sociaux.
Sur combien je clique ?
Combien est-ce que je lis jusqu’à la fin ?

Pourquoi écrire aujourd’hui ?

L’écriture n’est-elle qu’un contenu ?
Écrire, pour qui ?

Tweeter. 140 caractères maximum.
Vite lu.
Lu.
LU ?

Éphémère poétique.
Il pleut des fragments de poétique au-dessus du raz-de-marée numérique.

https://twitter.com/JulieSternBlog

Image extraite du clip de Stromae, Carmen.

3 réflexions au sujet de « Ephémère poétique »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s